Please note that we will be closed for the holiday season from December 22nd to January 7th inclusively.

To WRC members:

Please get in touch if you have not yet been informed about details for our Christmas dinner.

***

You have questions or problems with welfare?

For information or for an appointment, please call 514-445-5321

N.B.: Offered in priority to English-speaking residents of the South-West of Montreal and
Verdun and to our members. Information and advocacy are provided in person or by phone, never by e-mail.

N.B. We can present an Information Session on Social Assistance or related programs and issues in your group or organization. Please contact us for details.


OUR MISSION

The Welfare Rights Committee of South-West Montreal is a citizen organisation based in Point St-Charles that works for the personal and collective empowerment of people living in poverty through education, active involvement, mobilisation and organizing.

Following a model whereby people take charge of their own representation and find their own voice, the Welfare Rights Committee works in close association with its French speaking counterpart, the Comité des sans emploi des Pointe Saint-Charles (CSE) to provide an individual information and advocacy service on welfare issues as well as a range of activities.

WRC and its partner organizations are also pro-active in campaigns and initiatives promoting legislative change and public policies directed at developing social justice and dignity for everyone.



WRC document submitted to CCLP consultation ons social assistance

The Comité consultatif de lutte contre la pauvreté et l’exclusion sociale** (CCLP) is currently conducting a consultation in view of preparing an advisory opinion on a major reform of social assistance. This is their own initiative and not a request from the governement. The following document presents our responses to 5 questions submitted by the CCLP.  It is only available in French at the moment


Réponses aux questions soumises  dans le cadre de la consultation du Comité consultatif de lutte à la pauvreté et à l’exclusion sociale   

Comité des droits sociaux du sud-ouest de Montréal (Welfare Rights Committee of South-West Montreal)

27 mars 2017

Quels devraient être les objectifs d’un programme d’assistance sociale? À quels besoins devrait-il répondre?

L’objectif principal devrait être celui qui était visé à l’origine en 1969, soit d’assurer la couverture des besoins essentiels de tous les québécoises et québécois, en cohérence avec le Pacte international sociaux et culturels qu’ont signé le Canada et le Québec et qui stipule à l’article 11 :

« Les États parties au présent Pacte reconnaissent le droit de toute personne à un niveau de vie suffisant pour elle-même et sa famille, y compris une nourriture, un vêtement et un logement suffisants, ainsi qu'à une amélioration constante de ses conditions d'existence. »

C’est pourquoi nous mettons de l’avant depuis 1997 que :

« La loi vise (également) à ce que « l’aide financière de dernier recours accordée aux personnes assure une prestation minimale en deçà de laquelle aucune saisie, ponction, pénalité coupure ne puisse s’appliquer.

Le montant de cette prestation est prévu par règlement et il doit assumer la couverture des besoins essentiels, notamment: la nourriture, le logement (chauffé et éclairé), les médicaments[1] et l’habillement. » 

Lors des audiences de la Commission des affaires sociales sur la sécurité du revenu en 1997, le Welfare Rights Committee avait insisté sur ce rôle que doit jouer l’aide sociale[2]. Nous disions alors :
« Ce droit à une sécurité sociale minimum ne peut être assuré s'il est conditionné à d'autres exigences que le seul test des ressources (avoirs réellement réalisables, revenus réellement perçus). C'est l'évidence même: si ce droit est conditionné à d'autres exigences et donc que la prestation de base couvrant les besoins essentiels peut être entamée, il devient alors possible de priver les personnes de leurs moyens de subsistance sociale, psychologique et même biologique. »[3]
Avec l’actuelle Loi sur l’aide aux personnes et aux familles, y a-t-il des droits qui sont niés? Quels sont-ils? Comment pourrait-on corriger la situation?

Oui, plusieurs droits sont niés ou entravés. Sans donner une liste exhaustive, en voici quelques-uns parmi les principaux.

- Les droits économiques fondamentaux identifiés à l’article 11 du PIDESC ne sont pas respectés puisque la plupart des prestations se situent en dessous des seuils prévus par la Mesure du panier de consommation (MPC), en fait moins de 50% de ce seuil pour les personnes seules aptes au travail. Pire encore, ce montant peut faire l’objet de réductions additionnelles, ce qui pourrait être aggravé même davantage lorsque sera introduit le programme « Objectif-Emploi » .

- La loi et le règlement actuels donnent lieu à plusieurs types de discrimination sur la base de la condition sociale en tant que personne assistée sociale, en établissant des règles différentes de celles qui s’appliquent aux autres citoyenNes sous d’autres lois et programmes, par exemple :

o        Les règles sur la vie maritale prévoient que les personnes perdent leur droit individuel à l’aide après seulement un an de vie commune – alors qu’il en faut trois pour pouvoir profiter de la pension de survivant à titre de conjoint de fait ;

o        Les autres lois prévoient un seuil protégeant un revenu minimum dans une foule de situations – exemption personnelle de base pour l’impôt, montant exclu pour les paiements de faillite, le dépôt volontaire ou les saisies de salaire, déduction de base pour le calcul des pensions alimentaires, etc. Seuls les prestataires d’aide sociale ont un régime sans minimum où leur revenu peut être réduit, par exemple, à moins de 400$  par mois.

- Le niveau de reddition de compte qui est exigé sur des questions liées à la vie personnelle peut atteindre un niveau particulièrement oppressant et serait impensable pour les personnes qui ne sont pas à l’aide sociale. Une interprétation abusive du test des ressources – qui s’étend à l’aide en nature des proches – donne sur une situation qui est souvent vécue comme du harcèlement  en raison de la condition sociale, interdit par l’article 10.1 de la Charte québécoise.  On pourrait mentionner aussi l’atmosphère de quasi-illégalité des fréquentations amoureuses, difficile à concevoir pour la plupart des gens.

- Le droit de tout citoyen canadien de se déplacer dans tout le pays, tel que prévu à l’article 6.2 de la Charte canadienne des droits et libertés est limité de façon abusive par l’article 20 du Règlement sur l’aide aux personnes et aux familles qui limite les déplacements hors-Québec. La Charte canadienne des droits subordonne ce droit « aux lois prévoyant de justes conditions de résidence en vue de l’obtention des services sociaux publics » mais la limite de seulement 7 jours consécutifs pour perdre le statut de résident du Québec peut difficilement être considérée comme une « juste condition ».

- Cette disposition du Règlement limite évidemment la possibilité pour les personnes ayant de la famille hors du Québec ou hors du Canada de participer à des moments importants de la vie familiale, tels que les mariages ou les funérailles dans le pays ou la province d’origine. À ce chapitre, nous avons appris que 86% des personnes ayant subis des coupures en vertu de cette disposition étaient nés hors du Canada[4]. En ce sens, on peut considérer que cette mesure entraîne un biais discriminatoire selon l’origine ethnique.

- Le droit aux soins de santé est sérieusement limité par le fait que les soins dentaires et optométriques ne sont pas couverts pour la première année, que certains soins (par exemple, les traitements de canal) ne sont pas du tout couverts et que les montants des prestations speciales pour nombre d’articles et d’équipements ne couvrent pas les frais réels.

 - Le droit de se déplacer même à l’intérieur de la même ville est aussi limité par l’insuffisance des prestations qui permet peu, ou même pas du tout à certainEs de prendre le transport en commun – en particulier pour les personnes seules aptes au travail en logement privé. Que ce soit pour visiter amis et parents, pour participer à des activités publiques gratuites, pour faire ses courses, cercher du travail, l’accès au transport en commun devient une problématique de plus en plus importante. Cette situation est aggravée par la gentrification des quartiers populaires qui disperse les personnes à faible revenu et les coupe de leurs réseaux.  Bien que ce n’était probablement pas ce que visait l’article 15 de la Charte québécoise à l’origine, on ne peut manquer de noter la contradiction quand on y lit que «  Nul ne peut, par discrimination, empêcher autrui d’avoir accès aux moyens de transport ou aux lieux publics ».

- Notons que bien que les vérifications et enquêtes de l’aide sociale ne soient pas des procès,  du moins pas tels que les comprennent les Chartes, c’est pourtant souvent de cette façon que les personnes assistées sociales les vivent. De ce point de vue, le commentaire qui revient sans cesse est celui de la présomption de culpabilité à laquelle les personnes assitées sociales s’estiment être soumises.

- De la même façon, les déclarations que doivent signer les personnes en présences de l’agent sont parfois perçues comme une pression à témoigner contre eux mêmes. Cela est particulièrement vrai pour certaines personnes immigrantes qui n’osent pas contredire l’agentE lorsqu’il ou elle mésinterprete les informations inscrites dans la déclaration à signer.

Pour ce qui est de comment pourrait-on corriger la situation,  nous croyons qu’il faudrait au minimum:

-          Garantir l’exercice des droits économiques en assurant réellement la couverture des besoins essentiels. Pour que ce soient des droits, ils doivent avoir force légale. Nous avons dans le passé fait la promotion de l’inclusion dans la loi d’un barème minimum, détaillant spécifiquement les besoins devant être couverts. Dans des discussions plus récentes, certains de nos membres ont aussi avancé l’idée que les droits économiques prévus au PIDESC – que le Québec a endossé – soient inclus dans la Charte québecoise des droits et libertés.

-          Mettre fin à une série de discriminations sur la base de la condition sociale en cessant d’établir pour les personnes assistées sociales des règles et définitions différentes de celles qui s’appliquent aux autres citoyeNEs (par exemple : ce qu’est un conjoint, un étudiant, un chambreur, un résident du Québec, etc.)

-          Mettre fin aux contrôles abusifs liés au test des ressources et au « statut ». Il n’y a pas de lien de nécéssité entre le  fait de tenir compte des ressources et celui d’aller aussi loin que le fait l’aide sociale. Par exemple Accès-Logis établit un maximum d’avoirs pour être admissible à un logement subventionné, sans pour autant demander si vos enfants vous aident parfois avec de la nourriture. Cela dit, plusieurs de nos membres voient aussi une solution possible en assurant un revenu minimum autrement que par un programme de dernier recours, par exemple par une allocation universelle ou un crédit d’impôt remboursable à hauteur des besoins de base.

Dans l’actuelle Loi sur l’aide aux personnes et aux familles, quels sont selon vous les irritants majeurs? Qu’est-ce qui devrait être changé?

Nous avons choisi d’aborder ce point dans le cadre de nos réponses aux autres questions. Les résultats absurdes et tragiques auxquels conduisent parfois les règles actuelles sont par ailleurs documentés maintenant depuis des années, dans les médias et dans les représentations d’organismes communautaires.  

Si vous aviez à établir une prestation de base, comment procéderiez-vous?

Comme le faisait la première Loi sur l’aide sociale adoptée en 1969[5], où l’aide sociale était explicitement conçue pour répondre à des besoins que les personnes devaient avoir le droit de rencontrer, quelle que soit la cause de leur déficit de ressources. La loi établissait ainsi que l’aide sociale existait d’abord pour répondre à des besoins :

« L’aide sociale est établie sur la base du déficit qui existe entre les besoins d’une famille ou d’une personne seule et les revenus dont elle dispose, pourvu qu’elle n’en soit pas exclue en raison de la valeur des biens qu’elle possède. »[6]

Puis - ceci est disparu par la suite-  la loi précisait quels étaient ces besoins :

« Sont des besoins ordinaires la nourriture, le vêtement, les nécessités domestiques et personnelles ainsi que les autres frais afférents à l’habitation d’un logement. »[7]

Les besoins que doit couvrir la prestation doivent absolument être explicités dans la loi. Le fait que la loi actuelle ne donne aucun critère pour encadrer le calcul des prestations fait que les calculs du moment - que ceux-ci soient budgétaires ou même simplement politiques - peuvent l’emporter sur les considérations de droits économiques et de santé publique.

Il est donc essentiel que le calcul de la prestation minimum d’aide sociale – ou du montant minimum dans tout autre programme éventuel de revenu minimum garanti – s’appuie sur des critères objectifs tels qu’en pose, par exemple, la Mesure du panier de consommation qui porte spécifiquement sur la couverture de besoins précis.

Nous notons à ce sujet que la recommendation formulée il y a quelques années par le CCLP d’une prestation établie – dans une première étape - à 80% de la MPC, sans couvrir complètement les besoins de base comme nous le souhaterions, aurait quand même l’avantage de se baser sur un critère objectif et mesurable, lié directement à la couverture de besoins réels.

Quels sont selon vous les facteurs déterminants pour prévenir le recours à l’aide sociale?

Nous comprenons d’où vient ce souci qui est partagé par beaucoup de parents parmi nos membres, nos participantEs et les usageERs de nos services.

Mais ce que nos membres ont soulvé aussi est que la difficulté à rejoindre le marché du travail ou à fonctionner adéquatement dans la société est le résultat d’un ensemble de  facteurs et d’expériences qui s’étalent sur des années. Le 18ième anniversaire ne peut pas être traité comme un instant magique où tout cela prendrait subitement fin et où il suffirait simplement de punitions suffisament dures pour que tout rentre dans l’ordre. Qui plus est, le caractère punitif des mesures appliquées aux jeunes adultes peut avoir pour effet d’aggraver les réflexes de décrochage social , à plus forte raison lorsque l’État est perçu comme un prédateur.

Si on veut vraiment prévenir, il est évident que les interventions décisives se jouent avant la majorité, et qu’on ne pourra pas y suppléer simplement en menacant les jeunes adultes de les acculer à la misère et à l’itinérance.

Si on se limite toutefois aux facteurs qui relèvent de la loi de l’aide sociale, on ne peut ignorer le fait que les conditions imposées aux parents ont un impact direct sur les conditions de développement des enfants, et ce à tous les niveaux incluant même le développement physique.

Ces conditions imposées aux familles par l’aide sociale incluent évidemment l’insifuffisance des revenus qui affecte les conditions de logement et l’alimentation. Mais elles concernent aussi tout ce qui contribue à miner la confiance et l’estime de soi et à traiter les parents pratiquement comme des mineurs juridiques. Or un régime plus respectueux des personnes, de leurs besoins matériels et de leur dignité ferait beaucoup pour améliorer les conditions de développement de leurs enfants, et ainsi élargir les options qui s’ouvriront réellement à ces derniers lorsqu’ils et elles atteindront 18 ans.

Qui plus est, un régime plus respectueux et plus digne aiderait sans doute beaucoup de parents à eux-mêmes retourner sur le marché du travail et à améliorer encore davantage le sort de leur famille.

Ceci nous amène à un point important que nous voulons soulever :

Nous croyons qu’il serait beaucoup plus important de faciliter la sortie de l’aide sociale que d’en limiter l’accès. 

Du point de vue de la mission de notre organisation, il ne fait pas plus de sens de limiter l’accès à l’aide sociale que de vouloir limiter l’accès aux soins de santé. Ces programmes existent pour répondre à des besoins qui correspondent à des droits. Dans ces deux cas, comme dans d’autres, il fait beaucoup plus de sens de prévenir ou de faciliter la fin du besoin que de refuser le secours de la société en cas de besoin.

Nous n’avons pas étudié de facon spécifique et rigoureuse cette question qui mériterait beaucoup plus d’attention qu’elle n’en reçoit. Mais les discussions dans notre groupe, les témoignages de personnes concernées et notre pratique auprès des personnes demandant notre assistance nous permettent d’identifier plusieurs pistes.

- La première est que, paradoxalement, pour beaucoup de gens, plus on rend difficile l’accès à l’aide sociale, plus on en décourage la sortie.  L’angoisse liée aux conditions d’admission et aux demandes de preuves de toutes sortes (cessation d’emploi que l’employeur ne remet pas, lettres de proches qui nous ont aidé, explications sans fin, etc.), tout cela fait en sorte qu’une fois admis, on fait « ouf ! » et on y pense à deux fois avant de prendre un emploi incertain qui pourrait ne pas durer et nous donc amener ainsi à devoir revivre cette épreuve, peut-être même risquer des semaines ou des des mois sans revenu.

- La perte (après 6 mois) de services médicalement nécessaires tels que les soins dentaires ou les médicaments gratuits donne aussi à réfléchir. Il faut avoir passé une année entière à l’aide sociale avant d’y avoir droit, un « investissement » qu’on ne délapide pas à la légère. Or il ne faut pas oublier que les emplois accessibles n’offrent souvent aucune sécurité, à plus forte raison si on a été absent du marché du travail pendant longtemps

- Les obstacles aux études et à la formation sont aussi un problème majeur.  En ce qui concerne les études post-secondaires et la formation professionnelle, l’interdiction de suivre plus de 2 cours pour plus de 6 crédits et pour plus de 6 heures par semaine (versus l’obligation d’étudier à temps vraiment complet pour toucher les prêts et bourses) ne facilite pas les parcours d’études que voudraient pouvoir emprunter beaucoup d’adultes - jeunes ou moins jeunes.

- L’absence de support pour les jeunes adultes qui voudraient terminer leur secondaire général pose également problème, comme le soulèvent depuis des années les membres du Regroupement des auberges du cœur du Québec

- Mentionnons que le problème de l’accès à des mesures qualifiantes pourrait être aggravé avec l’arrivée prochaine du programme Objectif-Emploi. L’expérience passée des mesures obligatoires devrait pourtant nous avoir rensignés : on forçait des jeunes à suivre – sans profit – une mesure acceptée seulement pour ne pas être coupé, rendant du même coup cette place non disponible pour une autre personne, volontaire celle-là, qui en aurait vraiment profité.

- L’abolition des montants exclus d’avoir liquides à l’admission depuis les années 90 font qu’une personne qui a accumulé un peu d’épargne hésitera peut-être à risquer d’avoir à s’en départir si elle doit appliquer à nouveau à l’aide suite à un emploi de trop courte durée.

- Le faible montant des gains de travail exclus pose également problème. Il est de seulement 200$ par mois pour une personne seule apte au travail, avec l'équivalent d'un taux d'imposition marginal de 100% au-delà de ce montant.  On nous demande souvent « Combien j’ai le droit de gagner si je suis à l’aide sociale », les gains de travail étant perçus comme un autre interdit - ou du moins un danger soumis à des conditions très restrictives comme c’est le cas pour une foule d’autres choses (par exemple: suivre des cours, avoir une blonde ou un chum, aller voir de la parenté hors du Québec, et ainsi de suite.)

 - Ce problème est aggravé par le fait que les mesures destinées à appuyer le retour au travail sont très peu connues des prestataires. Malgré leurs limites, ces mesures peuvent faire une différence importante, en particulier pour les familles envers qui elles sont les plus généreuses. Ces mesures incluent la Prime au travail, le Supplément à la prime au travail, la Prestation fiscale pour revenu de travail et le maintien du carnet de réclamation pour 6 mois à l’aide sociale et 48 mois à la Solidarité sociale. (On déplore par contre l’abolition du Supplément de retour au travail.)

-    Mentionnons par ailleurs que des prestations plus élevées facilitent en fait l’accès à l’emploi. Bien qu’il soit concevable que des prestations très élevées pourraient, en théorie, dés-inciter à l’emploi, la réalité est qu’au niveau actuel des prestations, toute baisse de revenu peut seulement handicaper davantage les personnes dans toutes leurs démarches. C’est ce qu’avait révélé une étude de l’Institut de recherche et d’informations socio-économiques (IRIS) [8] qui montrait que c’était précisément le groupe de prestataires dont les revenus s’étaient le plus améliorés au cours des dernières années – soit les familles monoparentales – qui avait le plus accédé à l’emploi et quitté l’aide sociale.

Ces quelques exemples démontrent selon nous qu’il serait beaucoup plus profitable – pour les prestataires comme pour la société - d’investir dans le soutien aux personnes et aux familles plutôt que dans l’approche punitive. Un programme plus généreux et plus respectueux servirait en fait beaucoup mieux les objectifs que le gouvernement dit vouloir poursuivre, y compris en ce qui concerne les jeunes adultes.


[1]  Les médicaments de prescription sont présentement couverts à nouveau sous le régime public d’assurance-médicaments.

[2] Précisons que l’essentiel dans notre position est la couverture des besoins essentiels correspondant à des droits économiques fondamentaux, et non une préférence pour le modèle de l’aide dernier recours par rapport à d’autres façons possibles d’assurer ce minimum telles qu’un impot négatif ou une allocation universelle (que nous ne discutions pas puisque la consultation portait alors, comme aujourd’hui, sur une réforme de l’aide de dernier recours).

[3] Welfare Rights Committee, Mémoire soumis aux audiences de la Commission des affaires sociales sur la sécurité du revenu, janvier 1997.
[4] Voir : « Aide sociale - Une mesure pénalise les bénéficiaires nés à l’étranger », Denis Lessard, La Presse, 12 janvier 2017.

[5] Ou plus exactement, comme elle tendait à le faire puisqu’elle comportait une exception pour les personnes aptes au travail de moins de 30 ans – ce qui ne semblait pas trop problématique à l’origine,  mais qui le devint dans les années 80 avec les transformations du marché du travail et l’augmentation du chômage structurel.

[6] Loi de l’aide sociale (1969), article 3.

[7] Idem, article 5 (fragment).
[8] http://www.newswire.ca/news-releases/aucune-correlation-entre-le-niveau-des-prestations-de-laide-sociale-et-le-nombre-de-beneficiaires-selon-liris-510901641.html